Niépi Magazine
Vol 17 . hiver
Vol 16 . été
Vol 15 . printemps
Vol 14 . automne hiver
Vol 13 . printemps été
Vol 12 . hiver
Vol 11 . automne
Vol 10 . été
Vol 09 . printemps
Vol 08 . hiver
Vol 07 . automne
Vol 06 . été
Vol 05 . printemps
Vol 04 . hiver
Vol 03 . automne
Vol 02 . été
Vol 01 . printemps
Recette(s) Article(s)

L' ail des ours


Guy Lalière, botaniste et naturopathe passionné par la nature et le monde végétal, parcourt son Auvergne natale, mais aussi d’autres régions de France et du monde, à la rencontre des plantes sauvages. C'est sa grand-mère qui l'a initié, elle disait souvent : « N’io re de posa que ne torno », ce qui veut dire : « Il n’y a rien de passé qui ne revienne. »

Aujourd’hui, nos contemporains cherchent à redécouvrir les savoirs ancestraux, Le souhait de Guy est de les accompagner dans ce réapprentissage. Il nous invite aujourd'hui à découvrir l'ail des ours.

ail des ours 1444 40224

Quelle merveilleuse plante que l’ail des ours ! Lorsque l’on se promène au printemps, là où il pousse, dans cet humus profond caractéristique de la forêt alluviale, sous ces grands arbres, réminiscence de la forêt primaire, on se croirait comme au matin du monde...Dans les bois clairs et autres terrains un peu humides et ombragés, vous pourrez y découvrir cette plante vivace et bulbeuse, qui fait partie de la famille des Amaryllidacées (ex Alliacées). Vous la reconnaîtrez d’abord par sa forte odeur d'ail qui se dégage par froissement des feuilles, spécialement en fin de floraison. Ses feuilles basales poussent directement à partir du bulbe et comportent un long pétiole ; elles évoquent celles du muguet. L’ail des ours peut mesurer de 15 à 50 cm. Ses six pétales forment des étoiles (de 1 à 2 cm),groupées en inflorescence globuleuse de 5 à 20 fleurs d'un blanc très pur.

ailours guy 06 722 9557b

21366 ail des ours 2.722 6adf3

On prétend que les ours, au sortir de leur hibernation, se purgent avec les feuilles de cette plante. Riche en vitamine C et carotène, c’est un dépuratif précieux, notamment pour le drainage des métaux lourds et les affections chroniques de la peau. Il fait baisser la tension artérielle et prévient l’artériosclérose. C’est aussi un régulateur efficace du système gastro-intestinal ; il soulage les douleurs d’estomac, facilite la digestion et stimule l’appétit. C’est également un vermifuge puissant. On l’utilise de préférence frais, car le séchage réduit ses bienfaits. Récoltez ses feuilles avant la floraison. Vous pouvez aussi ramasser ses tiges et ses boutons floraux, ainsi que ses fleurs et ses fruits. Tout est bon dans l’ail des ours ! On peut récolter ses bulbes en petite quantité, uniquement quand la plante est très abondante, pour ne pas nuire à sa reproduction.

C'est un condiment d’un goût plus fin que celui de l’ail cultivé, car il est moins piquant.

Les jeunes feuilles et les bulbes récoltés avant floraison s’utilisent dans les salades, sauces, pestos, beurres, ou cuits comme des légumes pour accompagner viandes et poissons. Vous aurez la surprise de voir gonfler ses feuilles cuites en beignet. Macéré dans l’huile d’olive (1 poignée par litre), l'ail des ours viendra parfumer agréablement de nombreux plats. Toutes les plantes à odeur d'ail sont comestibles, mais certaines espèces sont rares ou protégées. Respectons Dame Nature et apprenons à reconnaître avant de récolter.

En montagne, la confusion est possible avec l’ail de la victoire (Allium victorialis), à l’inflorescence blanc crème et aux feuilles plus coriaces. Plus rare, il doit être cueilli avec parcimonie.

L'ail des ours

  • Habitat : forêts alluviales, ripisylves, sol humide ombragé, plutôt neutre ou légèrement acide. Plante absente en région méditerranéenne.
  • Floraison : d'avril à juin.
  • Fruits : capsules trigones à 3 loges, avec 1 à 2 graines chacune, de 3 à 6 plus rarement.
  • Fleurs : les 6 pétales forment des étoiles (de 1 à 2 cm), groupées en inflorescence globuleuse de 5 à 20 fleurs blanches.
  • Taille : de 15 à 50 cm

ATTENTION AUX CONFUSIONS !      

   
Pour éviter toute confusion avec les feuilles de muguet (Convallaria majalis) et de colchique (Colchicum autumnale), toxiques, il suffit de les froisser entre les doigts pour constater qu'elles ne sentent pas l'ail.

Autre différence : les feuilles de muguet sont mates dessus et brillantes dessous, à l'inverse de celles de l'ail des ours et de l'ail de la victoire.

Attention aussi à certaines feuilles d’arum tacheté (Arum maculatum) qui poussent dans les mêmes milieux et peuvent ressembler à celles de l’ail des ours !

Guy Lalière est l’un des auteurs de l'ouvrage Plantes comestibles, cueillette et recettes de 4 saisons, paru aux Éditions Debaisieux.

shopping 8c010


Les nombreux stages qu’il anime à destination de tout public ont pour but de faire découvrir les plantes comestibles, médicinales ou utilitaires, qui poussent dans notre environnement proche. Il espère ainsi, par ce savoir transmis, faire mieux connaître, aimer et respecter les plantes communes ou plus rares de notre patrimoine. Par ce nouveau regard porté sur elles, elles pourront ainsi être mieux préservées de la tondeuse ou des herbicides, et nous remercier alors de toutes leurs vertus bienfaitrices.
06 22 86 60 35 ou 04 73 26 13 41
guy.laliere@gmail.com
www.guylaliere.com

Retour

Newsletters